Kenji MIYAZAWA, Préface du Restaurant qui commande beaucoup.

Le Restaurant qui commande beaucoup « Préface »

Nous n’avons pas autant de sucres candis que nous voulons, mais nous pouvons manger un vent purement transparent et boire une belle lumière rose du matin.
Également, nous avons souvent vu, à travers les champs et dans les bois, des vêtements délabrés se transformer en habits des plus splendides velours ou laines, brodés de trésors. 
Nous adorons ces alimentations et ces habits. 
Toutes les histoires que je vais vous raconter sont des cadeaux que l’arc-en-ciel ou le clair de lune m’ont offerts dans les forêts, aux champs ou sur les lignes de chemin de fer.
Lorsque je passe tout seul par un soir bleu parmi les chênes ou que je grelotte de froid contre les vents de novembre dans les montagnes, il me semble que ces histoires se produisent en réalité. Je n’ai fait que fixer ce qui me paraissait vrai tel qu’il survenait.
Par conséquent, parmi ces histoires, il peut y avoir des choses utiles pour vous et des choses sans importance, mais je ne peux pas faire la distinction entre elles. Pour ce qui est des choses qui sont incompréhensibles pour vous, je ne peux pas les comprendre, moi non plus. 
Tout compte fait, je souhaite avec ardeur que quelques fragments de ces contes finissent par devenir de vraies nourritures transparentes pour vous. 

20 décembre 1923
Kenji MIYAZAWA

コメントを残す

以下に詳細を記入するか、アイコンをクリックしてログインしてください。

WordPress.com ロゴ

WordPress.com アカウントを使ってコメントしています。 ログアウト /  変更 )

Google フォト

Google アカウントを使ってコメントしています。 ログアウト /  変更 )

Twitter 画像

Twitter アカウントを使ってコメントしています。 ログアウト /  変更 )

Facebook の写真

Facebook アカウントを使ってコメントしています。 ログアウト /  変更 )

%s と連携中