Kenji MIYAZAWA, Préface du Restaurant qui commande beaucoup.

Kenji MIYAZAWA (1896-1933) est un poète et conteur, profondément enraciné dans la région nordique du Japon. 

À 13 ans, il a commencé à s’intéresser à la géologie et a fait une collection de minéraux. D’autre part, il a composé des tankas, chants traditionnels en 31 syllabes (5/7/5 7/7). Ces intérêts scientifiques et littéraires marqueront les poèmes et les contes qu’il rédigera dans sa maturité.

Il s’est également intéressé aux problèmes sociaux de la paysannerie et a intégré une école supérieure d’agronomie dans l’espoir de pouvoir être utile pour la communauté agricole de sa région. 

De 1921 à 1933, il a exercé la fonction de professeur à l’école agricole. Chez lui, avec son appareil de disques noirs, rare à son époque il a aimé écouter de la musique classique, particulièrement Beethoven et Dvořák, à un tel point qu’il a su composer quelques pièces musicales. 

De son vivant, il n’a que deux publications : Printemps et Ashura(demi-dieu), recueil de poèmes que Kenji nomme des paysages-images mentales, et Le Restaurant qui commande beaucoup, recueil de 9 nouvelles mi réalistes mi fantastiques.

La préface de ce dernier recueil que je vais traduire représente bel et bien un aspect du tempérament de Kenji MIYAZAWA qui a vécu avec la Nature. 

コメントを残す

以下に詳細を記入するか、アイコンをクリックしてログインしてください。

WordPress.com ロゴ

WordPress.com アカウントを使ってコメントしています。 ログアウト /  変更 )

Google フォト

Google アカウントを使ってコメントしています。 ログアウト /  変更 )

Twitter 画像

Twitter アカウントを使ってコメントしています。 ログアウト /  変更 )

Facebook の写真

Facebook アカウントを使ってコメントしています。 ログアウト /  変更 )

%s と連携中